Chemins fraternels

Moi, je sais que je veux être un "fraternel"

Vers les autres,je n'arrive pas toujours à dire ma foi, foi en la vie, en l'homme, en Dieu.

Même s'il m'arrive de dire l'evangile, ce qu'ils voient , c'est comment je le vis, moi, cet evangile, ici et maintenant .

Ce qu'ils retiennent , c'est que Jésus de nazareth est un homme qui vit l'amour avant de le proclamer. Ce qu'ils aiment chez le Christ, c'est qu'il est accueillant à tous,qu'il croit en tous, et qu'il nous montre un Dieu Amour

Il écoute, il ouvre devant tout homme un espace de liberté

Il invite chacun à se mettre debout, il invite à marcher quels que soient nos handicaps et nos lourdeurs; d'abord à notre mesure, puis avec sa force.

Il n'y a pas de recette, on tâtonne, on cherche. On essaie avec les pieds qu'on a , ou qu'on n'a pass; Parfois seul, puis avec d'autres. On prend le temps qu'il faut,on se parle sur la route ou le sentier: quelque chose se vit ensemble

Je marche, nous marchons...à coté, en arrière, parfois devant, à des rythmes différents mais toujours attentif à tenir compte du rythme des autres .ça va cahin -caha;;et tout le mmonde peut en être.

Oh , bien sûr, je préfèrerai que l'on passe par mes chemins, ceux que je connais, là où je suis sûr de moi, là oû je suis ,là où je peux dire "voici la bonne route";mais si Jesus Christ a pris le risque de venir sur nos chemins à nous,et si je veux être son temoin,vaille que vaille, il faudra bien que j'aille les rencontrer,mes frères, sur leur propre chemin, les encourager aussi....me faire encourager

 

Un participant à la Journée fraternelle du secours catholique Notre Dame du Laus

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site