Donner sa parole

Donner sa parole
Certains jours, j'envie les croyants des autres religions. Sur le marché médiatique du religieux, comment rivaliser avec la douceur apaisante du bouddhisme zen ? Comment expliquer simplement la Trinité, cœur de la foi chrétienne, communion d’amour entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, quand il semble bien plus simple de se représenter Allah transcendant ? Comment ne pas admirer le sens profond de la communauté chez les Juifs quand nos frères chrétiens tendent peureusement le bout des doigts à la paix du Christ ? Pour bon nombre de nos contemporains, le christianisme apparaît comme une vieillerie. Comme cette armoire normande familiale, certes bien charpentée, mais infiniment moins pratique et tendance que l'armoire suédoise vite montée et peu encombrante. La Bonne Nouvelle n'apparaît plus ni bonne ni nouvelle à tous ceux qui préfèrent les nouveautés exotiques et les modes majoritaires. « Ce que vous vénérez sans connaître, voici ce que moi, je viens vous annoncer. »
Cette parole de Paul nous encourage : la foi naît de la prédication, de la parole. La prédication n'est pas l'art de convaincre mais d'adresser à tous la parole. Donner la parole à tous pour que d'autres prennent la parole. Donner sa parole, c'est-à-dire promettre à d'autres ce qui nous a été promis par le Christ : « Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit.  » *. Plus de honte, plus d’envie, plus de peur : les chrétiens sont héritiers d’un trésor magnifique. Que Jésus soit le trésor de notre vie !

frère Nicolas Burle
Couvent de Tours

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site