Le coeur de la prière

C'est un long chemin, un peu tortueux,qui a fini par me faire quitter ma volonté de parler à Dieu pour, au contraire, partir à la recherche de son écoute .

J'ai peu à peu pris conscience que mes prières, qui voulaient se charger d'informer Dieu de tout ce qui se passait autour de moi, ne s'adressaient en fait qu'à moi-même . Ce n'était pas Dieu qui risquait d'oublier ma part de pain quotidien, c'était bien moi qui risquait le plus d'oublier la part que je dois à Dieu en mangeant mon pain. Je tenais à réveiller Dieu pour tous ceux qui ont faim dans le monde, alors que Dieu, Lui, avait vu depuis longtemps la misère de son peuple, et que c'était moi, et non Dieu, qui y était resté indifférent. Finalement, ma prière n'était peut être qu'un alibi destiné à me donner bonne conscience.

Prier, c'est accepter de prendre son temps pour se trouver soi-même. Prier, c'est résister, résister aux slogans, toujours les mêmes, "que ça ne sert à rien, que ce n'est pas efficace, qu'on ferait mieux de faire tout ce qui reste à faire.."

Prier, c'est remettre le monde à l'heure et à l'endroit, retrouver sa droite et sa gauche, arrêter de faire la leçon à Dieu en lui expliquant qu'il aurait mieux fait de nous faire autrement, et qu'il gagnerait à faire le monde à mon idée.

Consentir à Dieu, s’émerveiller de vivre...découvrir ma vie comme une cathédrale, ma rue comme un cloître, et chaque visage croisé comme une paroisse nouvelle...

Prier ne laisse jamais seul. A vouloir chercher Dieu, je trouve les autres: c'est que Dieu ne vient jamais seul. Il suffit qu'il entr'ouvre ma porte pour que le monde entier s'y précipite. Alors je suis bien obligé de cesser de prier sur catalogue. Prier pour ceci ou pour cela, prier pour ceux-ci ou pour ceux-la ...Je ne peux plus prier "pour", je ne peux plus prier qu"avec".. Avec l'autre, avec les autres.

Quelle chance, c'est en entendant les autres que je peux enfin écouter Dieu. Là est pour moi le cœur de la prière.

 

                                                                                                                                                                          Jean DEBRUYNNE