Un café au paradis

La méditation
 
 
 
Jerry est mon ami, un homme formidable qui passe ses journées sur les marches d’une église d’Ottawa et dort dans un foyer pour sans-logis à côté.
« Hey Brother ! Tu sais quelle est ma phrase préférée de l’évangile ? : “Heureux, vous les pauvres, car le Royaume de Dieu est à vous !” * Tu es venu me voir dans la rue chaque semaine pour me donner à manger et à boire. Au ciel, c’est moi qui t’accueillerai chez moi et le café sera divin ! »
 
Je lui sers un autre café et Jerry m’explique qu’au ciel nous verrons la vraie histoire du monde : pas celle des rois, des batailles et des livres d’histoire, mais celle des petits, des humbles, des pauvres, des invisibles qui ont porté en secret le monde par leur amour et leurs prières. Tous ceux qui ont reçu de Dieu chaque jour leur pain quotidien : pain des hommes, pain de la Parole de Dieu et pain de vie à la messe.
 
« Tu vois, Brother, ceux qui donnent leur vie par amour font plus pour la paix du monde que l’ONU et tous les gouvernements. Tu connais le chant de Marie, le Magnificat ? C’est cela le monde à l’endroit : “Déployant la force de son bras, le Seigneur disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.” Dans la foi, nous voyons le monde à l’endroit, le monde que Dieu regarde avec amour. Et l’amour, ça met la pagaille ! »
Il était minuit, il faisait -25 degrés, j’avais les pieds gelés et je venais de prendre une sacrée leçon de théologie.
 

*Évangile selon saint Luc, chapitre 6, verset 20

Enregistrement dans les studios de RCF Touraine .                                                                                                                   Frère Nicolas Burle